Les réseaux sociaux au secours de votre chiffre d'affaire

Silencieuse ces derniers temps, je l’ai été… mais je n’ai pas procrastiné… J’ai été absorbée… absorbée par une thématique : comment augmenter son chiffre d’affaire grâce aux réseaux sociaux…

Par un concours de circonstances, j’ai pu contribuer à illustrer, en pleine gestion de crise, l’importance et les bénéfices d’une communication digitale bien ficelée en mettant à disposition mes services.

Des compétences dans la communication digitale au service d’une économie

J’avais du temps à tuer et l’occasion de mettre à disposition, durant quelques semaines, mes compétences pour aider une entreprise à relancer son chiffre d’affaire grâce aux réseaux sociaux dans ce contexte si particulier.

Vous le savez tous, nous vivons une époque formidable de surprises…

Personnellement, je lançais tout juste mon activité de Conseil en communication digitale. Tout débutait plutôt bien pour moi… Les premiers contrats démarraient en avril… jusqu’à ce jour de mars 2020 où le Gouvernement fait un choix stratégique d’envergure : l’arrêt d’une grande partie de l’activité économique pour contrer une bête invisible mais sacrément effrayante…

Comme beaucoup d’entre vous, rendez-vous annulés s’enchaînent et, une grande partie de mon activité est mise en stand-by, reportée à je-ne-sais-quand. Mais je-ne-sais-quand… dans mon imaginaire et l’imaginaire collectif, c’est loin, trop loin…

La crise…

Samedi 15 mars 2020 à minuit, le couperet tombe : tous les restaurants, bars, boîtes de nuit doivent baisser le rideau pour tenter d’endiguer l’épidémie de Coronavirus qui frappe de plein fouet la France.

Un choc pour toute une profession… Du jour au lendemain, les rideaux restent baissés, avec stocks en perdition et personnels à l’arrêt.

Tout un pan d’économie est classé, catégorisé comme une activité “non indispensable”… La formule n’est pas flatteuse…

Mais toute une profession se plie, sans broncher, aux mesures draconiennes édictées par le Gouvernement français.

Eric fait partie du clan des “non indispensables”, il porte l’expression tel un fardeau… Il tient, depuis de nombreuses années maintenant, un restaurant dans la commune de Barr située dans le département du Bas Rhin.

Région viticole, Barr est située sur les contreforts du massif des Vosges en pleine région historique et culturelle d’Alsace.

Le décor planté, vous comprenez que cet établissement est en bonne santé… Une clientèle locale fidèle, et une part touristique très importante composent cet horde de gourmands, qui se précipitent midis et soirs pour satisfaire leurs appétits féroces.

Mais voilà, trois semaines se sont déjà écoulées, sans aucune activité, sans aucun chiffre d’affaire… Le rideau reste baissé, la ville semble comme s’être endormie, vidée de toute vie…

La stupeur digérée, il est temps de réinventer l’avenir… car comme de nombreux restaurateurs (mais pas que), la situation n’est pas viable très longtemps…

Hyperactif, Eric n’a qu’une idée en tête : rallumer les fourneaux !

De mon côté, j’ai du temps… Mon activité à l’arrêt depuis les règles de confinement, je vis, moi aussi, suspendue à ce temps…

En contact, quelques mois auparavant, notre première rencontre s’est faite à l’issue d’un succulent dîner. Rien n’était encore défini concernant la gestion de ses réseaux sociaux. Une page Facebook était alimentée chaque jour par la publication du menu du jour. Et rien ne pressait…

Mais tout s’est accéléré début avril…

Les réseaux sociaux au secours d’un chiffre d’affaire…

Faut-il relancer l’activité ? Quels sont les bénéfices-risques ? Le besoin est-il présent ? Comment communiquer sur la reprise de l’activité ?

La question de fond est claire, il en va de la survie de l’établissement.

Consultation de la clientèle pour récolter son avis…

Les réseaux sociaux allaient nous aider à relancer l’activité !

Nous décidons de lancer le débat auprès de la clientèle grâce à un sondage diffusé via les réseaux sociaux.  Qui, mieux que le public pourra répondre à la question… Le thème : vente à emporter : une bonne idée ?

Lancé sur la page Facebook auprès des abonnés (ils sont alors 400 à suivre la page), le but est de recueillir leur avis sur une éventuelle réouverture du restaurant (réouverture partielle en soirée).

Le restaurant met en avant la vente à emporter et les livraisons…

Les clients sont partants : la réouverture est annoncée…

Les clients sont présents. Et tout s’enchaîne en un week-end.

L’équipe concocte une nouvelle carte “La carte confinée” et l’activité débutera le mardi suivant.

La communication social media de la page Facebook se concentre sur la réouverture : rendez-vous mardi soir à partir de 18h00.

Les premiers soirs, le succès est mitigé…

Les ventes sont essentiellement faites sur de l’emporter… La clientèle reste, par conséquent, très locale…

L’Alsace fait partie des régions très touchées par la crise et un couvre-feu a été mis en place. La vente à emporter est interdite après 20h00.

La livraison est une nouvelle activité mais aussi une opportunité pour le restaurant… Il faut impérativement mettre en valeur la livraison lors des prochaines publications.

Revoir toute la stratégie social media et s’adapter au contexte de la crise : les réseaux sociaux comme levier au développement du chiffre d’affaire

Les réseaux sociaux doivent nous venir en aide, l’activité doit rapidement reprendre.

Nous communiquons différemment…

Communication sur les réseaux sociaux et contextes sanitaire et juridique…

L’idée est de rassurer la clientèle en mettant en avant les nouvelles règles d’hygiène qu’impose cette crise sans précédent : gel hydroalcoolique, port de masques et de gants, comptoir placé à l’entrée du restaurant empêchant toute intrusion dans l’établissement…

Nous diffusons des photos de l’équipe… « Ils sont masqués, saurez-vous les reconnaître ? » fait un carton !

Communication sur les réseaux sociaux et évolution de l’activité…

Un travail sur la page Facebook est également réalisé.

La photo de profil : un outil marketing

Le restaurant, s’adaptant au contexte, ne peut plus mettre en avant sa salle ni sa terrasse.

Il faut, par conséquent adapter la page à ses nouvelles activités : la livraison. Nous choisissons de mettre comme photo de profil : un scooter… Les habitués du lieu ont certainement reconnu l’un des tableaux qui ornent la salle.

L’objectif est de mettre en avant le service de livraisons.

Travail de fond sur les publications : optimisation de la communication digitale

Le contenu des publications n’est plus uniquement centré sur les menus du jour. Chaque nouvelle publication est travaillée et conçue de façon à susciter la participation des lecteurs par le biais des commentaires : quiz et devinettes ont été privilégiés. Grâce à ce type de publications, l’engagement du public est grandissant.

Les hashtags sont insérés aux publications afin d’élargir leur spectre de diffusion. Nous travaillons sur les localités voisines, pour développer l’activité de livraisons.

Les abonnés à la page sont de plus en plus nombreux. (+45% un mois après le début de notre collaboration).

Le succès est sans appel ! Le nombre de commandes en livraison explose.

Bilan de l’expérience : les réseaux sociaux au secours d’un chiffre d’affaire

Lorsque l’on s’engage à optimiser l’utilisation d’un réseau social, quelque soit le réseau social, plusieurs éléments sont à prendre en compte.

    • Veiller sur le contexte économique et légal :

Il a fallu, dans les différentes communications, prendre en compte les nouvelles règles sanitaires et juridiques temporaires. Ne pas inciter la clientèle confinée à sortir mais appuyer la communication sur la livraison.

    • Redéfinir la cible :

Étape incontournable au regard du contexte, la clientèle touristique est actuellement inexistante (et le restera encore quelques semaines), il a fallu travailler sur une communication plus locale.

    • Redéfinir la ligne éditoriale :

L’ensemble de la communication était basé sur la proposition des plats du jour (du texte uniquement). Les publications n’étaient jamais accompagnées de visuels.

L’engagement restait très faible. Le restaurant n’effectuait aucune modération sur les quelques commentaires reçus.

Cette absence de réponse a deux effets négatifs :

      • une insatisfaction du “lecteur actif”,
      • et un désintérêt pour des engagements futurs.

Le premier objectif : développer le taux d’engagement.

Les publications sous forme de quiz, devinettes ont été privilégiées. La modération a été très active ce qui a permis de renforcer les liens.

    • Travailler sur le contenu des publications :

Un travail de fond a également été mené sur la qualité des publications.

Insertion d’émojis dans les textes,

      • Publications avec photos & vidéos,
      • Sélection et utilisation des hashtags
      • Des publications à heures fixes : le rendez-vous avec les abonnés.

Ces modifications ont permis d’augmenter le taux d’engagement des lecteurs et de développer la communauté Facebook du restaurant.

L’activité, même si elle reste partielle (il n’y a pas d’ouverture aux heures du déjeuner), est très importante en soirée. Les livraisons sont en constante augmentation. C’était l’objectif : les réseaux sociaux au secours d’un chiffre d’affaire…

Je reste naturellement à votre disposition pour échanger sur la thématique et pour tout autre complément d’information.

Commentez, partagez… C’est à vous !

A bientôt sur les réseaux !

#LeCommercial20

Le p’tit Com.

One thought on “Les réseaux sociaux au secours de votre chiffre d’affaire

  1. Allo le petit com,
    Bravo pour cet article. Tu a ému ta vieille tante.
    Alors on y croit, on ne lache rien, et la réussite sera au bout du chemin.
    Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top
pulvinar mattis in mattis sem, vel,
Partagez
Tweetez
Partagez